• Bénédicte Hallion

Audrey Gagnaire, observatrice de notre désamour

Elle est la fondatrice du compte Instagram (et désormais du livre) Tejpartexto, un SAV des coeurs cabossés, largués par sms. Audrey Gagnaire, qui travaille également dans la publicité et les médias, nous a fait part de son sentiment quant à l'authenticité de nos rapports amoureux aujourd'hui.





Audrey est une vingtenaire bien dans son époque. Un pied dans les médias en tant que planneuse stratégique, l'autre sur Instagram, elle observe les évolutions de notre société, sur un sujet qui nous concerne tous : l'amour. À travers son compte Instagram Tejpartexto, elle recense les pires messages de rupture. Si le compte a vocation à être plutôt humoristique, certains posts, issus de captures d'écran, sont d'une violence inouïe. À l'heure du tout digital, la passion et le lyrisme ont-ils encore leur place au centre de nos parades amoureuses ?


Pour Audrey, "les relations sociales évoluent et ce n'est pas une fatalité. Elles évoluent avec la société, les outils, les moyens de communication mis à disposition des individus. Chaque époque comporte son lot de positivité et d'éventuelles souffrances. L'important reste de tirer le meilleur de ce qui nous est mis à disposition. Si l'amour galant rend heureux, alors qu'il le soit ; si l'amour plus abrupt et plus franc convient aux différentes parties, c'est une autre vision des choses. Tant que chacun y trouve son compte, c'est finalement le plus important."








La jeune femme se plait à imaginer que l’on puisse tomber amoureux avec fougue et que cela dure dans le temps... Et pourtant, dit-elle, "c’est comme si la passion était programmée pour mourir jeune. Cela n’a rien à voir avec notre époque même si le numérique joue sans aucun doute un rôle constitutif dans les relations amoureuses. Est-ce que les applis et réseaux sociaux impactent la durée des amours ou la rupture est-elle sociétalement davantage démocratisée par rapport aux générations précédentes ? Par les témoignages que je reçois au quotidien sur le compte Instagram Tejpartexto, j'ai la sensation qu'il est plus rare que la passion, de nos jours, survivent au quotidien, et que la facilité de rencontre qui existait avant uniquement en face à face est aujourd'hui exacerbée par les applications digitales pouvant donner la sensation “qu’il y a toujours mieux ailleurs”.


Passion et immédiateté font-elles bon ménage ? Les romans et les tragédies théatrales classiques ont tendance à associer amour naissant et patience, puisque les moyens de communication et les moeurs d'alors nous y contraignaient. Mais selon Audrey, il ne faut pas tout mettre sur le dos de notre époque, puisque "lorsqu’elle existe, la passion a cette vivacité qui s'exonère du temps qui passe. Il me semble qu'elle naît dans la frénésie ; lorsqu'on est transcendé par quelque chose ou quelqu'un, on ne regarde pas l'heure qu'il est, on se contente de se laisser envahir par les émotions que la passion provoque. Si effectivement, la notion d'instantanéité est de rigueur dans toutes les analyses comportementales et sociétales, il n'est pas non plus constructif de la blâmer à toutes les sauces ; l'immédiateté est aussi synonyme de spontanéité, elle permet de vivre sans retenue et de ressentir les émotions avec vivacité : c'est aussi cela, être comblé et se savoir heureux." 





Rompre en se cachant derrière un écran peut nous rendre lâche. Nous osons être plus cash, parfois en blessant, sans en réaliser les conséquences. Ralentir en amour, prendre soin de ceux qui nous entourent, même inconnus, devient désormais nécessaire. Mais pas si simple parfois. Pour l'auteure, "ralentir, c'est prendre conscience de ses actes, s'entendre parler, se sentir ressentir et prendre aussi le temps de capter chaque aspérité de son environnement. Il est parfois compliqué de s'adonner à cet exercice lorsque le contexte quotidien nous amène à anticiper constamment la minute qui suit ou nous demande d'être d’ores et déjà concentré sur la tâche suivante avant même d'avoir pu achever totalement la précédente. Evidemment, le numérique qui aujourd'hui s'est immiscé dans chacune de nos relations avec autrui participe à accélérer nos agissements ou notre manière de penser. C'est pourquoi, pour en tirer le meilleur, il est nécessaire d'en tracer les véritables contours pour comprendre où en sont ses limites, et à partir de quel moment il devient néfaste pour soi ou pour l'autre.   



Après un compte Instagram, Tejpartexto existe désormais sous la forme d'un livre. À travers celui-ci, Audrey souhaite "simplement faire constater des situations où la technologie, utilisées pour communiquer avec autrui, amène parfois à des conjonctures complètement lunaires, du manque de respect à la déconsidération la plus totale en passant également par une forme de naïveté... Ce sont dont 160 pages pour sourire mais pour réfléchir aussi un tant soit peu à la situation actuelle" nous dit-elle.



Retrouvez le livre “Tej par texto : l’art de la rupture 2.0” sorti le 13 octobre 2020 aux Éditions Leduc ici

Et le compte Instagram Tejpartexo ici

#slowlove #tejpartexto #passion #slowliving #amour #société