L’atelier d’écriture, un remède thérapeutique et créatif


Envie de se mettre dans la peau d’un écrivain ? L’art de l’écriture connaît un nouvel engouement. Depuis le premier confinement, le plaisir d’écrire et de créer s’accentue et les ateliers d’écriture se multiplient. Simple passe-temps ou thérapie, soigner les maux par la sublimation des mots est possible. Prenez votre plume, il est temps de faire couler l’encre !





L’atelier d’écriture date de l’époque romaine. Plusieurs traces de cercles littéraires attestent de l’apparition de l’atelier d’écriture dès 310 avant Jésus-Christ. Durant l’Antiquité, l’art oratoire était omniprésent et a mené à l’émergence des ateliers d’écriture. Poètes, philosophes ou orateurs se réunissaient déjà pour lire leurs vers. L’école du Parnasse initiée par Théophile Gautier au XIXème siècle est l’un des premiers ateliers d’écriture à proprement parler. Voici donc plus de deux milles ans que l’écriture suscite les passions.

Partage et convivialité pour enrichir sa créativité

L’atelier d’écriture est l’excuse idéale pour s’adonner à une activité de groupe. Toujours constituée de plusieurs personnes, l’atelier d’écriture se veut être un temps pleinement consacré à la rédaction. Les ateliers d’écriture fonctionnent sur un même principe ; le thème est libre ou précis et les participants ont un temps imparti pour laisser place à l’imagination et à l’écriture. Chacun doit lire son texte à voix haute et les avis permettent d’obtenir un plus grand recul sur son travail.

Les interactions et interventions sont un précieux moyen de faire évoluer son style d’écriture. L’atelier instaure un réel moment de dialogue et pousse à l’amélioration. Les intérêts communs ou divergents de chacuns sont de grandes sources d’inspirations. L’atelier d’écriture se veut être un moment unique et intimiste où il ne faut pas hésiter à se livrer pour enrichir ses récits. L’authenticité est le meilleur ingrédient pour réussir sa narration. L’ambiance de l’atelier d’écriture est conviviale et pédagogue et favorise ainsi la découverte et la créativité. Il existe des ateliers d’écriture pour tous les tons et styles ; romanesque et littéraire, ou encore journalistique et didactique. Écrire, c’est stimuler ses sens. Pour retranscrire au mieux une émotion ou un paysage, le rythme, les sonorités, les syllabes et adjectifs sont de véritables atouts. C’est un moment de plaisir et d’inventivité, où jeux de mots et expressions sont autorisés et vénérés !

L’écriture automatique et thérapeutique

Les bienfaits de l’écriture sont nombreux ! Imagination, lâcher-prise et concentration, écrire est libérateur. Laissez couler les arabesques de vos pensées sur la feuille ! Le pouvoir du langage est incontestable. Nommé « graphothérapie », l’action physique d’écrire, si elle est combinée avec l’envie d’évacuer les tracas du quotidien, se révèle fructueuse et thérapeutique. Écrire permet une réconciliation avec soi. Stylo à la main, tout nous est permis. La feuille vierge devient un vaste défouloir. Souffrance, chagrin, colère, le carnet d’écritures est un exutoire. Il s’agit du parfait moyen de faire le point et d’exprimer des frustrations trop souvent refoulées. Cela permet également de construire et d’ordonner ses pensées; la meilleure manière de se découvrir et de prendre du recul.

L’écriture automatique est l’une des passerelles vers l’apaisement et le lâcher prise. Cette technique d’écriture, difficile à maîtriser au commencement, comporte plusieurs avantages. Le premier nom de l'écriture automatique est « psychographie ». L’écriture automatique est née du mouvement littéraire dit Surréaliste avec André Breton au XIXème siècle et demeure encore aujourd’hui très mystifiée. L'écriture automatique se doit d’être réalisée dans un environnement calme. Il faut être le plus détendu possible et passif. L’écrivain doit parvenir à se concentrer sur lui-même pour pouvoir atteindre un sentiment de plénitude. L’auteur ne doit plus penser, ne plus réfléchir. Écrire devient un automatisme. Il faut retranscrir sans aucune modification et le plus rapidement possible le cours de nos pensées. Pour parvenir à réussir l’exercice, certains affirment qu’il faut entrer dans un état de dissociation de soi, de quasi-hypnose. L'écriture automatique ne fait pas appel à la conscience. Les textes qui en résultent sont souvent incohérents mais ils permettent une réelle déconnection. Certains sont persuadée que l'écriture automatique amène a une forme de trans. Cet état total de relâchement a longtemps suscité la peur. Les superstitions voulaient qu'un esprit prenne possession du corps et de l'esprit de l'écrivain. Aujourd'hui, elle est encore utilisé dans les domaines dits spirites, permettant de communiquer avec les esprits. Cependant, pas de craintes à avoir ! L'écriture automatique n'est rien qu'un simple exercice de relaxation et permet de faire le vide. L’incongruité des récits de l'écriture automatique tissent ainsi sur la feuille, le voile onirique des rêves et des pensées, soulageant l’écrivain qui accepte de se laisser aller à l'absurde et au surréalisme.


À vos plumes, il est temps d'essayer !